→ CINÉMA

AURORE, Ô DÉSESPOIR!

aurore pd

aurore 1d
Et vive les copines et la solidarité féminine! aurore 2d 280Aurore ou le début... d'autre chose.
aurore 4
Mais si, il y a des hommes dans ce film... Ici Totoche (Thibault de Montalembert).

AGNÈS JAOUI NE SE LAISSE PAS TERRASSER PAR LES BOUFFÉES DE CHALEUR!

Texte: Léontine Sulzer


France, 2017, 90'

Un film de Blandine Lenoir
Avec Agnès Jaoui, Thibault de Montalembert, Pascale Arbillot

Au Lunchkino du 14 au 20 septembre à Zurich, cinéma Le Paris.

Sortie en Suisse alémanique le 21 septembre 2017.


→ PRINT


PAS SEXY? EN TOUS CAS SYMPATHIQUE!
Un film sur la ménopause, ce n'est pas très sexy, ni super attrayant. Mais s'il est porté par Agnès Jaoui dans le rôle principal, celui d'Aurore, cela devient sympathique.
Car la cinquantaine pour une femme, ce ne sont pas seulement les kilos qui s'incrustent autour des hanches, les jobs qui se raréfient, les enfants qui quittent la maison... ce sont aussi ces fameuses bouffées de chaleur dont on ne parle pas trop. Les hommes, parce que cela les gêne, les femmes, parce qu'elles doivent déjà vivre avec elles, alors si en plus, elles devaient en parler...

DRÔLE! ENFIN SOUVENT....
Dans le film de Blandine Lenoir, et bien, c'est tout le contraire, Aurore en parle, elle se révolte même aussi un peu contre ce qui ne touche finalement qu'une moitié de l'humanité. Et ce, à un moment de l'existence, où souvent, les femmes sont un peu fragilisées par la nouvelle donne de leurs environnements et de leurs vies. Cette comédie aligne une succession de scènettes souvent assez drôles, avec certains personnages auxquels on croit et qu'on trouve très attachants, et d'autres, qu'on a un peu plus de mal à comprendre. Ce qui est sûr, c'est qu'on est prêts à suivre Aurore, quand elle danse, ou quand elle claque la porte du restau où elle travaille comme serveuse.

LA MÉNOPAUSE, CE N'EST PAS LA FIN DE TOUT... CELA PEUT-ÊTRE L'AURORE...
La réalisatrice a choisi de placer l'histoire non pas à Paris, mais dans une ville de Province, à La Rochelle, là où le ciel est un peu plus grand qu'ailleurs. Aurore y vit dans une petite maison assez coquette et pleine de charme, comme elle. Elle a bien sûr des problèmes financiers, mais cela ne se sent pas trop. Pas assez peut-être. Ses filles aussi, sont à des carrefours et hésitent, mais c'est sur la mère, que les projecteurs sont fixés. C'est elle qu'on suit au quotidien, avec ses copines, si importantes et, dans ses retrouvailles avec Totoche, son amour de jeunesse qu'elle a un peu maltraité alors. 

Bref, c'est un film sur la ménopause qui se veut rassurant. Vous en connaissez beaucoup, vous, des films sur «le retour d'âge» (quelle expression!), pas des documentaires médicaux, hein, mais des fictions, qui plus est, des comédies?
Alors, oui, le film entend montrer que c'est une période difficile, mais que non, ce n'est pas la fin du monde ni le désespoir. Tout est encore possible.
La cinquantaine, une nouvelle aurore... et ce film, un joli moment drôle et tendre. Et c'est tout.
LS- 22/08/2017