→ CINÉMA

MÉDECIN DE CAMPAGNE

médecin de campagne affiche

médecin de campagne 1 280

médecin de campagne 2 280


LE QUOTIDIEN DU DR. WERNER

Texte: Sandrine Charlot


Un film de Thomas Lilti, France, 102’, 2015
avec François Cluzet, Marianne Denicourt

Sortie en Suisse alémanique le 8 septembre 2016
En présence du réalisateur le 1er septembre au Lunchkino, à Zurich, 12h15, Le Paris

A lire aussi, nos questions au réalisateur lors de son passage à Zurich le 1er septembre


→ PRINT


Jean-Pierre Werner est médecin de campagne depuis trente ans. Il connaît tout le monde, aime son métier et est apprécié de tous. Il n’y a que sa femme qui, on l’apprend au détour d’une phrase, a préféré partir pour Paris. Un peu bourru, souvent tendre, toujours attentionné, il sait écouter ses patients. C’est d’ailleurs l’un des premiers conseils qu’il donne à la médecin venue le seconder, «dans 80% des cas, le diagnostic est donné par le patient lui-même, il faut le laisser parler». Ceci dit, le bon docteur a du mal à partager son savoir avec la collègue que son ami lui a envoyé pour le décharger. Il la met à rude épreuve.

DU VÉCU ET UN PLAIDOYER POUR LA MÉDECINE DE PROXIMITÉ
Le réalisateur s’inspire de sa propre expérience, il a lui-même exercé en tant que médecin en Normandie ou encore dans les Cévennes. Son film est un plaidoyer pour cette médecine de proximité dans les campagnes qui se désertifient. Il aborde des problèmes épineux tels que la fin de vie des personnes âgées en milieu rural, le manque de médecins candidats à ces postes particulièrement lourds en termes d’horaires et d’engagement ou encore l’organisation des soins.

LA VIE À LA CAMPAGNE
C’est finalement une chronique du quotidien d’un médecin qui fait preuve d’une grande sobriété. Il y a peu de suspense, juste un petit apport romanesque, le médecin lui-même malade, doit diminuer sa charge de travail s’il veut avoir des chances de s’en sortir. Il doit surtout accepter de se faire aider.
Ce sont essentiellement les aspects documentaires qui sont intéressants, ces images de la campagne française dans sa diversité et parfois sa dureté aussi. Les deux acteurs principaux, François Cluzet et Marianne Denicourt, incarnent des médecins en qui on croit. Ils aiment leurs patients, ne rechignent pas à marcher dans la boue, à faire peur aux jars pour les faire reculer ou à participer au festival de country du village. Ils remplissent une véritable fonction sociale qui est centrale à la vie de la région. Ce film le montre bien. Ce n'est peut-être pas extraordinairement inventif, mais cela sonne très juste. (SCZ 11/07/2016)